2012-10-25

FRANCE - ALEX - Peter Saul

.





Figure singulière de la scène artistique américaine, longtemps incompris voire rejeté par la critique de son pays, Peter Saul crée depuis plus de 50 ans une peinture libre et pétulante, à la fois violente et réjouissante.

La finesse d'exécution et la subtilité de sa technique contrastent avec l'exubérance de ses figures déformées et désarticulées aux yeux exorbités. Ses tableaux "pop-surréalistes" aux couleurs acides et rutilantes mêlent joyeusement sans hiérarchie comics, sitcoms, cinéma gore et histoire de l'art. Avec une touche revendiquée de mauvais goût et sans tabou, Peter Saul se saisit de la réalité de la société américaine et nous renvoie une image à la fois parodique et désespérante de l'humanité.

L'exposition de la fondation portera sur les vingt dernières années de production de l'artiste. Elle rassemblera une quarantaine de tableaux issus de collections en Europe et aux Etats-Unis autour de thématiques récurrentes dans son oeuvre: l'histoire de l'art, la politique et l'histoire américaines, le monde des affaires, la religion,...

L'exposition présentera également un ensemble d'une quinzaine d'oeuvres sur papier ainsi qu'une sélection de carnets de dessin

Peter Saul est né en 1934 à San Francisco, Californie, il vit et travaille dans l'état de New York.

Peter Saul
"Il a fallu attendre le XXIème siècle pour que l'œuvre de Peter Saul fasse enfin l'objet d'une reconsidération qui, à défaut de la réhabiliter à la place lui revenant dans l'histoire de l'art contemporain, a amorcé sa sortie du purgatoire dans lequel elle a été trop longtemps confinée. Le cas Saul constitue une énigme, peut-être l'une des plus mystérieuses que nous ait léguées l'histoire de l'art américain de ces soixante dernières années. Car à la différence de nombre de ses confrères, Saul n'a effectivement pas (encore) su tirer profit d'un contexte ou de réseaux, critiques et institutionnels, qui auraient pu être favorables à une notoriété croissante.

Quand Saul commence à trouver sa voie au début des années 1960, son œuvre est prise en étau entre un expressionnisme abstrait, certes agonisant mais encore influent, et un Pop Art avec lequel il ne cessera d'entretenir des relations conflictuelles. Politiquement incorrect, irrévérencieux, cultivant le « mauvais » goût et résolument « décalé », le propos affiché par l'artiste est d'emblée à mille lieux des attentes du public et milieu de l'art américains, soucieux d'alimenter et de protéger une respectabilité acquise après plusieurs décennies d'hégémonie européenne. Les références sur lesquelles s'appuie le jeune Saul sont singulières. Au lieu de témoigner du respect qui est dû aux membres de l'Ecole de New York (de Kooning mis à part), qu'il ne manquera pas de « citer » et de railler par la suite, Saul s'intéresse à des figures excentriques de la scène artistique américaine des années 1930 qui à l'image de Paul Cadmus sont déconsidérées par les modernistes.

De 1952 à 1956, Saul étudie à la Washington University de Saint Louis, faculté fortement marquée par l'empreinte qu'y laissa Max Beckmann. De 1956 à 1964, le peintre vit en Europe (Londres, Amsterdam, Paris, Rome), où il peint ses Icebox Paintings inspirées, entre autres, du magazine Mad. C'est de retour aux Etats-Unis, sur la côte ouest que Saul a consolidé son œuvre entre 1964 et 1974, réinscrivant au cœur de sa démarche un contenu pictural dont les modernistes, à commencer par Greenberg, avaient cru pouvoir se débarrasser. Que ce « retour » à un contenu ait coïncidé avec le triomphe de l'art minimal et conceptuel a de toute évidence desservi sa cause. Il n'empêche : ses allusions à l'histoire, politique, culturelle et de l'art, ses blagues salaces et règlements de comptes ne manqueront pas d'en faire à terme l'égal d'un Daumier. Ses œuvres réalisées dans les années 1990 et 2000 en constituent la preuve irréfutable." Erik Verhagen


Fondation Salomon     14.07.2012 - 11.11.2012


Website : Fondation Salomon

Website : Alex

FIC123.BE een website met info en cultuur.