2009-12-23

France - Dijon - Les heures du jour


L'exposition propose de traverser trois siècles de l'histoire intime d'une grande maison de ville, en suivant le rythme de la journée d'une grande famille de la haute société. Elle permet de retrouver les anciens usages du quotidien et d'en observer l'évolution, de la fin du XVIIe à la fin du XIXe siècle.
Invariablement, du lever au coucher, Madame, Monsieur et leurs enfants se livrent presque toutes les deux heures à une activité. Les modalités de se laver, se parer, converser, prier, lire ou recevoir n'ont cessé de changer jusqu'à aujourd'hui et sont évoqués en près de deux cents pièces. Aux côtés d'oeuvres d'art classiques, des témoignages aux nom et fonction aujourd'hui insolites ponctuent la visite, tels une voyelle à jouer, une table à trictrac, des oeillères, un boheur-du-jour, des carnets à tablettes, un bureau à dos d'âne, un cabaret égoïste, des boules à perruque, une cave à odeur ou des lunettes de libertin. Meubles estampillés Jacob, Migeon ou Dusautoy, peintures de Toqué, Lawreince ou Aved, gravures de Bosse, Moreau le Jeune ou Saint-Aubin et onjets d'art précieux laissent entrevoir à quel degré de raffinement pouvaient être élevés les simples faits et gestes du quotidien.
La thématique de l'exposition est née de l'histoire même du musée Magnin, ancien hôtel particulier où trois siècles de vie privée se sont succédés. Les quatorze salles de l'étage du musée restituent l'espace initialement dévolu à ces anciens instants de l'intimité et redonnent pour l'occasion la dimension de demeure habitée qui fut, du XVIIe au XIXe siècle, celle de l'hôtel Lantin, aujourd'hui écrin de la collection Magnin. Les heures du jour sont introduites par une sélection de gravures tirées de deux des plus célèbres suites d'estampes du XVIIIe siècle. Ces oeuvres furent exécutées par d'après les dessins de Moreau le Jeune et figuraient initialement dans deux recueils distincts publiés respectivement en 1777 et 1783 chez Prault. C'est l'une des plus importantes productions de la gravure de moeurs du XVIIIe siècle. Au-delà des historiettes charmantes qu'elles racontent, ces estampes sont de précieux documents sur la vie quotidienne des grandes familles de la haute société à cette époque.



Musée Magnin 19.11.2009 - 14.02.2010




Website : Ville de Dijon