2009-08-05

Belgique - Hornu - Mise à l'échelle

Simona Denicolai et Ivo Provoost, E'Tutto Oro,2008. Dessin animé

Depuis 2002, le Musée des Arts Contemporains du Grand-Hornu, unique musée d’art contemporain de la Communauté française de Belgique, offre la possibilité à ses visiteurs d’admirer les oeuvres de la collection qu’il constitue depuis 1999 grâce au soutien de la Communauté française.
Le MAC’s a fait le choix de ne pas exposer sa collection de manière permanente afin de privilégier les échanges avec les autres institutions muséales et de proposer une programmation sans cesse renouvelée aux visiteurs par le biais de ses expositions temporaires. La collection peut ainsi être comparée à une bibliothèque d’œuvres disponibles pour le musée lui-même mais également pour d’autres institutions tant nationale qu’internationale. L’esprit qui guide l’élaboration de cette collection n’est pas celui d’une mise à plat de pièces phares de l’art contemporain mais un souci de travailler de manière verticale en suivant des thèmes directeurs que sont le lieu, la poésie et la mémoire. Les œuvres, ainsi sélectionnées, entretiennent donc une relation particulière et forte avec le site qui les conserve et les expose.
Pour fêter les dix ans de fonctionnement de la Commission consultative des acquisitions du musée et donc de la collection, l’exposition « Mise à l’échelle » s’interroge sur le fonds d’œuvres dont dispose le MAC’s et la manière de l’exposer.
L’exposition, l’une des missions principales du musée, est toujours une construction, c’est-à-dire l’agrandissement d’une pensée que l’on matérialise dans la réalité. La mise à l’échelle est le passage de la proportion théorique à la proportion vécue. Toute œuvre est recueillie par le regard subjectif du visiteur : l’échelle de notre perception est en effet des plus relatives et discutables. En exposant, le musée opère donc une « mise à l’échelle » des œuvres qu’il nous présente.
Conçue non pas comme la démonstration d’une thèse ou comme l’étalage suffisant de pièces de collection, la manifestation souhaite plutôt ouvrir des portes en proposant au visiteur un cheminement libre à travers une succession d’expériences.
L’exposition débute avec l’œuvre de Jacques Charlier, Peintures - schilderijen (1988), anti-œuvre d’art qui, d’emblée, piège le visiteur dans son rapport social à la culture. Le dessin animé de Simona Denicolaï et Ivo Provoost, E tutto oro (2008), traite également de notre rapport aux images mais plutôt dans sa dimension psychologique.
Avec ses différentes vitrines, le musée se donne ensuite, en l’espace de deux salles, des allures de cabinets de curiosité avec les œuvres de François Curlet, Ann Veronica Janssens et On Kawara entre autres. Le visiteur poursuit sa découverte en déambulant d’image en image (Emily Bates, Balthasar Burkhard, Rineke Dijkstra, etc.) jusqu’à l’œuvre vidéo de Mark Lewis, Algonquin Park, Early March (2002) qui lui fait quitter son chemin pour pénétrer littéralement dans l'image.

Le parcours se termine par la question du statut de l’image et sa fabrication. Différents artistes tels Pierre Bismuth, Angel Vergara Santiago, Honoré d’O, José Maria Sicilia et Jacqueline Mesmaeker nous parlent de la question de sa conception, que ce soit à travers le geste créateur, le geste pictural et même le déni de son processus de fabrication.
La manifestation permet en fait de prendre la mesure du monde qui nous entoure mais également, dans le même temps, celle de notre propre perception du monde à travers l’espace du musée et, à plus grande échelle, celui du site du Grand-Hornu.


MAC's Musée des Arts Contemporains - Site du Grand-Hornu
19.07.2009 - 11.10.2009


Website : MAC's

Website : Tourisme Wallonie

FIC123.BE een website met info en cultuur.